Assurance Emprunteur

Comparez votre assurance de prêt et réalisez en moyenne 40 % d'économie

N'attendez plus ! réalisez des économies sur votre assurance emprunteur !

L’assurance de prêt immobilier représente plus d’un tiers du coût de votre crédit. Depuis le 1er septembre, la loi Lemoine vous permet de changer d’assurance librement afin de profiter de tarifs plus compétitifs. En moyenne vous économisez 40 à 60% sur votre coût d’assurance de prêt.

01

Comparez et choisissez la meilleure offre

Avec OVAS Patrimoine comparez les offres d’assurances emprunteur, aux meilleurs prix et aux garanties équivalentes à celles de votre banque.

02

OVAS Patrimoine s'occupe de tout

Souscrivez à votre nouvelle assurance directement en ligne. OVAS gère pour vous la négociation du nouveau et la résiliation de votre ancien contrat.

03

Profitez d'une belle économie

Grâce à ce nouveau contrat d’assurance emprunteur, vous réalisez une baisse sur le coût global de votre crédit immobilier !

Quels éléments comparer pour le choix de son assurance emprunteur ?

1. Le prix

Le premier élément à comparer est bien évidemment le prix des assurances emprunteur. Mais pour être bien couvert, il ne faut pas s’arrêter uniquement à ça. Plusieurs autres éléments sont à comparer.

2. Le mode de calcul des cotisation d'assurance : capital emprunté ou capital restant dû

En général, les banques proposent l’assurance sur le capital emprunté, le coût est inchangé pendant toute la durée du crédit. 
L’assurance sur le capital restant dû a quant à lui un coût dégressif dans le temps. Elle permet souvent d’obtenir un coût global moins élevé, sauf si le prêt est racheté ou remboursé en cours de vie. 
Si l’on sait par avance que l’on fera racheter son crédit ou qu’on ne le mènera pas au terme, l’assurance sur le capital emprunté peut être privilégiée.

3. Les garanties forfaitaire ou indemnitaire (ITT, IPT, IPP, Perte d'emploi)

Garantie forfaitaire : l’assurance emprunteur prend en charge les mensualités du crédit, selon les modalités du contrat et selon la quotité assurée, indépendamment de la perte de revenus. C’est le mode le plus avantageux.

Garantie indemnitaire : limite la prise en charge de l’assureur à la perte de revenu réellement subie par l’emprunteur. Si l’assuré perçoit une indemnité de la sécurité sociale et/ou d’autres prestations provenant de contrats de prévoyance, l’assureur en tient compte pour calculer le remboursement.

4. Les exclusions de garantie

Certains assureurs n’indemnisent pas l’emprunteur en cas de pratique de sports à risque, d’exercice de certaines activités professionnelles et certaines maladies. D’autres assureurs vont couvrir ces risques, moyennant une surprime (c’est-à-dire un coût supplémentaire).

5. Le délai de carence et de franchise

Le délai de carence représente la période entre la signature du contrat et le début de la couverture, aucune prestation ne sera versée par l’assureur en cas de survenance du risque dans cette période.

Le délai de franchise correspond au laps de temps qui court entre le sinistre assuré et le début de l’indemnisation.

6. La quotité assurée

Il est important de prned en compte la quotité assurée notamment pour les achats à plusieurs. Par exemple, si un couple acquiert un immeuble à crédit, et qu’ils s’assurent à hauteur de 50 % chacun, en cas de décès de l’un deux, le survivant sera toujours redevable de la moitié des échéances de crédit. Si le défunt était assuré à 100 %, le capital restant dû aurait été remboursé en totalité par l’assureur. Ainsi pour déterminer la bonne quotité de chacun, il est utile de se poser la question “L’autre emprunteur peut-il subvenir seul au remboursement de l’emprunt en cas de décès, d’invalidité ou d’incapacité ?”. 

En savoir plus sur l'assurance emprunteur